Saisie, saisissante.

Tu vas, tu vas où ?, à quoi tu penses ?, tu n’oublieras pas ce que je t’ai dit ?, tu as entendu ?, tu as compris, bien sûr, tu as compris ?, tu crois que ce sera possible ?, tu ne me crois pas, pourquoi ne me crois-tu pas ?, tu iras loin ?, tu n’es pas fatiguée ?, loin de moi ?, loin de moi tu peux, tu es capable ?, tu regardes au loin mais que vois-tu ?, je ne vois rien, je ne devine rien, à ligne d’horizon as-tu arrimé ta journée ?, que dessines-tu dans l’espace et le temps de ce jour qui t’est imparti (un de plus) ?
Moi je suis là avec mes questions, je regarde le monde, je n’y comprends, je ne me souviens même plus comment on fait pour saisir une main qui se tend, je suis assis là, au bord de la rue, comme on regarde un fleuve, et elle, elle passe, elle remonte le courant, l’air devant elle s’écarte, elle a réussi une alliance improbable de ce tissu à pois et de la chatoyance du réel. Je ne sais pas comment elle fait. Il suffit de la regarder.

———————————————–

Saisie

————————————————

Textes : Isabelle Pariente Butterlin 

Photos : Louise Imagine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s