Frontière

Ils ont mis des barrières pour éviter qu’on entre dans le passé. Il ne faudrait pas qu’un enfant, échappant à la surveillance des adultes, mette un pieds dans le passé. Qu’il traverse la limite fragile du présent et au lieu d’aller du passé vers l’avenir, fasse marche arrière. Tout redeviendrait possible. Il n’en est pas question.
Quant au coutelier, il a déposé une demande à la préfecture. Pour qu’on le laisse vivre
dans l’année qui lui convient, très exactement 1962, et de temps en temps revenir en 2015 (il a mal aux dents et souhaite se faire arracher une molaire) mais sa demande n’a aucune chance d’aboutir.

—————————————————

 

—————————————————

Textes : Isabelle Pariente Butterlin 

Photos : Louise Imagine

—————————————————

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s