Réglisse

Elle ne compte plus le nombre de fois où elle est passée là. C’est la même rue et ce n’est pas la même. Elle ne l’a jamais compté, elle aime moins les nombres que les impressions. Elle est passée dans cette rue en tenant la main de sa grand-mère, elle pourrait encore entendre sa voix et les intonations qu’elle avait quand elle lui parlait de sa mère. Les immeubles depuis ont été rasés, puis reconstruits. Il y a eu des travaux. Puis les travaux ont cessé. Elle tenait la main de sa grand-mère qui lui avait acheté de la réglisse. Sa grand-mère depuis est morte. Elle n’a jamais cessé de penser à elle dès qu’elle voit de la réglisse, dès qu’elle remonte cette rue. Elle n’achète plus de réglisse. Elle en a acheté à ses petits-enfants quand elle allait les chercher à la sortie de l’école. Maintenant ils sont grands. Peut-être pensent-ils à elle quand ils entendent ce mot « réglisse ». Elle passe comme un rêve, comme un souvenir dans un rue qu’elle remontait autrefois en tenant la main de sa grand-mère.

—————————————————

Réglisse

—————————————————

Textes : Isabelle Pariente Butterlin

Photos : Louise Imagine

—————————————————

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s