Réflexion

Réflexion, impression, la ville s’écrit, se traverse, la ville se pense, se ressent, personne ne lit tout ce qui est écrit, je me dis qu’un jour, tu vois, je partirai faire un tour en ville avec pour seule consigne de lire tout ce que je vois, de ne pas en perdre une miette, pas une seule ligne, tout lire, tout laisser parler, écouter la ville, la lire, et pas seulement la traverser, la ville est une sorte d’immense manuscrit dans lequel on marche, on vit, on s’arrête, et étrangement on ne le lit pas. Je ne sais pas pourquoi. Nous sommes saturés de langage, intérieur et extérieur, nous nous mouvons dans le langage, et c’est bien ainsi.

—————————————————

  


—————————————————

Textes : Isabelle Pariente Butterlin

Photos : Louise Imagine

—————————————————

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s