Encre de nuit.

C’est la ville. Le soir, la ville. Elle bascule. Dans le soir. Au soir, elle bascule. Nous tous d’ailleurs, nous comme elle, nous en elle. Elle et nous, d’un seul mouvement. Au sein d’elle, nous. Elle bascule, immobile. Dans autre chose, et nous avec, d’un seul mouvement immobile. Dans l’ailleurs onirique. Quelque chose se dessine sur la ligne du soir, suivant la ligne du soir. Elle bascule onirique dans l’ailleurs. On s’aperçoit, en contre-jour, que les lignes descendent, on suit la ligne des toits, on caresse du regard la nuit qui nous est la caresse des rêves.

—————————————————

Encre de nuit

—————————————————

Textes : Isabelle Pariente Butterlin

Photos : Louise Imagine

—————————————————

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s