Passages en bizarrerie

Passages en bizarrerie. Tu passes ? Allez, double ! Passera, passera pas. On verra bien qui de nous deux gagnera la course. Tu m’écoutes, je te parle, tourne la tête quand je te parle, la course du soleil te resserre contre moi, tu te tiens à l’opacité de mon corps, tu épouses mes mouvements, on dirait qu’on danse, toi et moi, jamais je ne t’échappe, tu viens ?, j’engage contre toi la course du soleil et la course contre la montre, allons contre les évidences sur le damier du hasard, attention j’accélère, on passe et là, dans la pénombre, je te perdrai de vue, je ne sais pas ce qu’il advient de toi dans la pénombre, retrouve-moi, tu sauras ?, tu viens ? Reste, retrouve-moi s’il te plaît, à la coïncidence de nous.

—————————————————

Passages-en-bizarrerie

—————————————————

Textes : Isabelle Pariente Butterlin

Photos : Louise Imagine

—————————————————

Publicités

Une réflexion sur “Passages en bizarrerie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s