Vides

Espaces : vides. Ça glisse ça passe ça n’accroche pas, ça passe, ou pas, on fait des impairs, ou pas, on n’accroche rien, on voudrait bien mais on n’y est pour rien, on n’a pas de monnaie, pas de temps, pas de disponibilité, plus le ticket, pas compréhensible, pourtant on voudrait, faire mieux, faire bien, se tenir à ce qu’on fait, à la verticale de soi, de son ombre, mais ça glisse, on n’accroche pas, pas notre faute, la question n’est pas là, c’est vide. Vide comme nos têtes, comme nos attentes, vide comme nos espoirs, et nous, vides, vidés, de tout, de rien, nous tout pareil, on ne peut pas dire, on ne va pas protester, nous aussi, on est lisse, on n’agrippe rien et puis tant pis, on fait ce qu’on peut, mains dans les poches, on a perdu le dernier porte-bonheur qui nous restait de notre enfance, on fera sans. On fera comme on peut.

—————————————————

 

—————————————————

Textes : Isabelle Pariente Butterlin

Photos : Louise Imagine

—————————————————

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s