Un pas ou deux

Approche, approche encore, avance d’un pas ou deux, la juste distance dépend de facteurs extrêmement fins, viens voir, si le monde était abstrait, tiens, viens, viens là, tout près du mur, tu vas voir, à cette distance il devient tout à fait supportable, c’est tout simple, il suffit d’approcher un peu pour que les métamorphoses commencent, et que le monde se transfigure sous tes yeux en une abstraction qui le rend tout à fait acceptable, et ce qui est intéressant, c’est que tu maîtrises le procédé, tu recules, et le monde redevient pesant et de béton brut, ce qu’il est, tu approches et les métamorphoses recommencent, ni vu ni connu, tu entres à volonté dans n’importe quelle transfiguration onirique, sans doute plus précise et plus réelle encore que tout le reste que tu abandonnes au quotidien, et puis tu fais un pas en arrière, tu reviens et tu es pile à l’heure pour ton rendez-vous chez le dentiste

 

—————————————————

 

un pas ou deux

 

—————————————————

Textes : Isabelle Pariente Butterlin

Photos : Louise Imagine

—————————————————

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s