Dégringolade

Dégringolade. Comme autrefois. Le cœur battant. Dégringolade, débandade. On partait en courant. Tous. Dans toutes les directions. On piaillait. On riait. Dégringolade. Les enfants, je l’ai remarqué, sont des oiseaux horizontaux ; ils cherchent leur envol. Dans des horizontales, des obliques. En dégringolant, dévalant les pentes, toutes les pentes qui se mettent sous leurs pas. Ils ont une préférence pour les obliques. Ils s’égayent, se dispersent, le cœur battant, battant trop vite. Riant.

 

—————————————————

 

Dégringolade

 

—————————————————

Textes : Isabelle Pariente Butterlin

Photos : Louise Imagine

—————————————————

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s